SélectiCe(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Coon du message

Ces travaux sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage ...

jeudi 16 février 2012

Les contraintes invisibles qui pèsent sur la pensée 6) Conclusion

Trois conditions au scénario totalitaire
Cet aveuglement idéologique est déjà ce qui horrifiait  Orwell en son temps car il y voyait à l'oeuvre des tendances totalitaires qui menacent de destruction la notion même de vérité objective, c'est-à-dire le principe voulant qu'il existe des faits qui décident de la vérité ou de la fausseté de ce que nous disons, faits qui ne dépendent pas de nous. De ces faits au sens où Clémenceau en parlait lorsqu'on lui demandait ce que les historiens futurs penseront des responsabilités quant au déclenchement de la Première Guerre mondiale:"ça, je n'en sais rien, mais ce dont je suis sûr, c'est qu'ils ne diront pas que la Belgique a envahi l'Allemagne."(cité par H. Arendt, Vérité et politique, dans La crise de la culture, éditions folio/essais, p. 304)

 Dans le  scénario totalitaire qu'Orwell expose dans 1984, la formation des croyances  obéit à trois conditions qui génèrent pourtant la possiblité de soutenir des énoncés comme, "la Belgique a envahi l'Allemagne en 1914", conditions dont  la concentration des MMC en un nombre toujours plus réduit de mains favorise aujourd'hui la fermentation:

a)"les croyances qui en résultent n'ont de comptes à rendre qu'eu égard aux mécanismes au travers desquels le consensus est atteint au sein d'une certaine communauté;" (J. Conant, Orwell et la dictature des intellectuels, p. 19 dans Les intellectuels la critique et le pouvoir, Agone, 41/42 2009) Autrement dit, Le critère suivant lequel on forme ses croyances n'a plus rien à voir avec celui de leur conformité aux faits, soit un critère de vérité, mais avec celui de leur conformité à une orthodoxie:  par exemple, comme nous avons eu l'occasion de l'analyser, il s'agira de produire  dans les MMC des croyances conformes au consensus anticommuniste et à celui du "miracle du marché."(par exemple concernant ce dernier point, soutenir la croyance "que, contre toute évidence, les marchés sont supposés bienveillants et même démocratiques." Nous avons assez largement montré, par exemple, comment le marché pouvait opérer comme un mécanisme de censure anonyme particulièrement efficace dans le champ du traitement de l'information)

b)"Ces mécanismes produisent des croyances qui n'ont aucune relation avec les faits sur lesquels elles portent." (ibid., p. 19): cette condition découle de la première. Orwell avait commencé à se rendre compte de cette tendance à l'oeuvre dans les MMC au moment où il s'était engagé dans la guerre d'Espagne en 1936; ce que rapportait alors la presse anglaise ne correspondait plus du tout, de près ou de loin, à ce qu'il pouvait constater sur le terrain de ses propres yeux: "Tôt dans ma vie, je m'étais aperçu qu'un journal ne rapporte jamais correctement aucun événement, mais en Espagne, pour la première fois, j'ai vu rapporter dans les journaux des choses qui n'avaient plus rien à voir avec les faits, pas même le genre de relation vague que suppose un mensonge ordinaire. J'ai vu rapporter de grandes batailles là où aucun combat n'avait eu lieu et un complet silence là où des centaines d'hommes avaient été tués. J'ai vu des soldats, qui avaient bravement combattu, dénoncés comme des lâches et des traîtres, et d'autres, qui n'avaient jamais essuyé un coup de feu, salués comme les héros de victoires imaginaires." (Essais articles et lettres,tome 2, p. 322-3, éditions Ivrea ) Le cas de la Guerre d'Espagne exigerait à lui seul un long développement pour comprendre comment la presse anglaise en était venue à rendre compte de façon aussi délirante des événements en construisant des scénarii totalement imaginaires. Pour aller vite, disons que l'aveuglement idéologique que crée l'adhésion sans faille à la discipline  des partis politiques de droite ou de gauche rendait possible la formation de croyances totalement déconnectées de la réalité; comme l'explique Conant, "[la] dimension totalitaire de la situation était fonction, d'une part, de la détermination loyale [des] intellectuels à ne croire que les comptes rendus accrédités par leurs partis politiques respectifs et, d'autre part, de la détermination inflexible de ces partis à n'admettre que les comptes rendus des événements d'Espagne qui politiquement leur convenaient."(ibid., p. 17) C'est dans le même sens que la philosophe Simone Weil avait publié un texte, Notes sur la suppression des partis politiques, dans lequel elle démontait les mécanismes totalitaires propres à la logique des partis politiques neutralisant toute capacité des individus à juger de façon autonome sur la base de leur propre expérience et à affirmer des choses en totale contradiction avec ce qu'ils ont sous les yeux; comme elle le dit bien, dans ce contexte, l'opération de prendre parti se substitue à l'acte de penser (voir, d) Le système des partis politiques)

c) Troisième et dernière condition,  que "la communauté emploie systématiquement des moyens qui rendent indisponible le recours à toute autre norme." (J. Conant,ibid., p.19)  Nous avons vu par quels biais structurels canalisant les journalistes vers les "sources autorisées d'information", les MMC conjuraient systématiquement le risque que des sources dissidentes d'information viennent effriter le consensus idéologique dominant. C'est ainsi qu'on peut obtenir de l'individu, comme le montre l'expérience de Asch qu'il abdique totalement l'usage de son propre entendement au profit du  consensus produit dans le groupe. Le principe de cette expérience  trouve son point d'application dans ce qu'Ellul appelait "la propagande horizontale"et qui consistera ici en ce que les gens relaieront dans leurs conversations quotidiennes l'ordre du jour défini par les MMC .




Au terme de l'ensemble de ces cette analyses, on peut s'autoriser à conclure sur quatre points:
a) Ces menaces de dérive totalitaire existent bel et bien  à l'état de ferment dans les médias dominants et que contrairement à ce que laisse entendre le discours convenu des journalistes-vedettes comme ici,


 il n'est évidemment plus soutenable d'avancer que les MMC sont libres et indépendants et qu'ils ont pour souci principal de traiter de façon objective et impartiale les événements. 
b) Que les principales contraintes entravant la pensée libre dans nos sociétés occidentales qu'évoquait Bertrand Russell dès les années 1920, à savoir les pénalités économiques et la dénaturation des témoignages, n'ont fait, à bien des égards, que se renforcer toujours plus.
c) Qu'on ne comprend rien à la nature de ces contraintes si on s'imagine qu'elles fonctionnent à la façon d'une censure directe qu'exerceraient dans l'ombre des gens influents dictant aux journalistes l'ordre du jour à traiter (ce qu'on appelle aussi "la théorie du complot" et qui sert dans les discours conformes au cadre idéologique dominant, de repoussoir pour caricaturer toute analyse critique des médias; c'est ainsi qu'a pu être reproché à Chomsky/Herman de développer une théorie du complot pour  discréditer leur propos alors que, comme on a pu le voir, leur modèle de compréhension des mécanismes de la propagande s'y oppose explicitement; voyez, par exemple, à 2'22 dans le documentaire ci-dessus, de façon symptomatique, l'intervention d'Arlette Chabot qui ne peut penser la critique des médias autrement que dans les termes de la "théorie du complot"). Ce qui les rend au contraire particulièrement efficaces, c'est le fait que ces contraintes s'exercent de façon impersonnelle via  le mécanisme anonyme du marché et sur la base "d’idées reçues intériorisées et d’autocensure, mais sans véritable coercition directe." (  FDC, p.599)
d) En bon spinoziste et héritier des Lumières, j'avancerai pour finir que c'est la connaissance qui est libératrice; ici, que c'est  par la connaissance de ces mécanismes  anonymes pesant sur notre pensée que nous pouvons nous en libérer, au moins jusqu'à un certain point, et promouvoir une liberté de pensée qui ne soit pas seulement formelle (juridiquement possible) mais réelle. La morale qu'Orwell prétendait tirer du cauchemar qu'il décrivait dans  1984 , à savoir l'abolition radicale de toute liberté de penser est ici à sa place:"Ne permettez pas qu'il se réalise. Cela dépend de vous."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire