Le jardin des délices. J. Bosch

lundi 22 juin 2020

Sommaire du chantier

Eléments d'une instruction publique en philosophie
Entre parenthèses, les notions des programmes de terminale étudiées.

Sens donné ici à un enseignement de philosophie à vocation émancipatrice (la politique, la liberté, l'Etat et la société, le droit, l'inconscient, l'histoire, la religion, le travail, la vérité)

I Qu'est-ce que l'humain?
1) La néoténie ou l'inachèvement biologique de l'être humain (la culture, la technique, la politique, la société, le vivant)
2) Implications anthropologiques de la néoténie (la culture, la technique, l'art, le désir, le langage, l'histoire)
3) L'origine sociale de l'individu dans l'anthropologie des contes
4) Implications pratiques de la néoténie (la morale, la politique, la liberté, l'histoire, la société)
5) Questionnement à partir de l'énigme du "chaînon manquant": le chimpanzé, le bonobo et nous

lundi 15 juin 2020

1) Des droits des animaux. Questionnement autour de la "faillite fondamentale de l'homme"

Mise à jour, 21-06-20


"La vraie bonté de l'homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu'à l'égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci: les animaux. Et c'est ici que s'est produite la faillite fondamentale de l'homme, si fondamentale que toutes les autres en découlent." (Milan Kundera)

  Introduction
N'y allons pas par quatre chemins pour introduire ce sujet; on s'inspirera d'une remarque du primatologue F. de Waal: il avait assisté à un colloque où l'on dissertait à l'infini, sans arriver à se mettre d'accord, pour savoir comment se comporter avec les animaux, et s'il fallait tenir compte de ce qu'ils pouvaient éprouver, si tant est qu'ils éprouvent quelque chose, comme certains en doutaient; la question a finalement été vite réglée quand on a fait visionner à tout le monde la séquence d'un cochon qui hurlait de façon indescriptible en subissant une castration sans anesthésie. En ce  sens, il est tout à fait certain que l' argument le plus percutant qu'on pourra jamais présenter ici en faveur de la cause animale, consistera à proposer de visionner ce documentaire de Shaun Monson, Earthlings, fruit de cinq années de travail, consacré aux traitements que nos sociétés industrielles réservent aux animaux, que ce soit dans les abattoirs, les laboratoires, les lieux d'élevage industriel, etc.:

dimanche 7 juin 2020

2b) Les "démocraties" modernes: critique du système des partis politiques

Origine des partis politiques
Pour remonter à la racine des problèmes que pose aujourd'hui la césure de plus en plus prononcée que nous constatons entre les classes des politiciens et leur population, on commençera par repartir de l'origine de la formation des partis politiques. Ils constituent, bien sûr, des rouages essentiels du gouvernement représentatif, sans lesquels celui-ci ne pourrait tout simplement plus fonctionner. On s'appuyera ici sur un petit texte, paru à titre posthume, en 1950, de Simone Weil, une grande dame de la philosophie, au XXème siècle: Note sur la suppression générale des partis politiques. Le préjugé partout répandu, auquel nous allons nous attaquer, par son biais, voudrait que supprimer les partis reviendrait à supprimer la démocratie. Le sens du propos de Simone Weil va exactement à contre courant: la suppression des partis est, au contraire, un préalable indispensable à l’institution d’une démocratie. Restera, évidemment, la question cruciale de savoir par quoi ils pourraient être remplacés dans le cadre d'un tel projet? Pour apaiser l'angoisse du vide qui ne manquera pas de surgir ici, on évoquera assez vite une piste indiquant un début de solution que nous a laissé l'histoire politique moderne.

lundi 1 juin 2020

2a) Les "démocraties" modernes: requalification de ces régimes politiques

Mise à jour, 30-06-20

L’usage des "…" signifie que le caractère démocratique de ces sociétés peut être mis en question. Il y a une série de solides arguments à développer qui vont dans ce sens et qui aboutiraient à choisir des termes qui les qualifieraient beaucoup mieux, comme "gouvernement représentatif", "gouvernement mixte", "aristocratie élective", ou encore,"oligarchie libérale". Pour commencer, il faut déjà se débarrasser d'un mode de classification simpliste et binaire des régimes politiques qui opposerait les bonnes démocraties occidentales aux mauvaises dictatures.

Le Bien  / Le Mal
Etat démocratique / dictature
Des dirigeants élus / des dirigeants non élus
La liberté de la presse, le pluralisme / la censure, le parti unique