Le jardin des délices. J. Bosch

mercredi 28 avril 2010

Séries techniques, Bergson: la critique du machinisme

Mise à jour, 11-05-2018

Quand on fait le procès du machinisme, on néglige le grief essentiel. On l'accuse d'abord de réduire l'ouvrier à l'état de machine, ensuite d'aboutir à une uniformité de production qui choque le sens artistique. Mais si la machine procure à l'ouvrier un plus grand nombre d'heures de repos, et si l'ouvrier emploie ce supplément de loisir  à autre chose qu'aux prétendus amusements qu'un industrialisme mal dirigé a mis à la portée de tous, il donnera à son intelligence le développement qu'il aura choisi... Pour ce qui est de l'uniformité du produit,l'inconvénient en serait négligeable si l'économie de temps et de travail réalisée ainsi par l'ensemble de la nation permettait de pousser plus loin la culture intellectuelle et le développement de la vraie originalité.
Henri Bergson

1) Dégager l'idée générale du texte et les étapes de son argumentation.
Ici ce que Bergson veut exposer c'est l'idée qu'on se trompe de cible quand on fait habituellement la critique du machinisme, c'est-à-dire l'introduction des machines dans la production: les inconvénients qu'il présente et qu'on critique généralement pourraient être compensés par un gain plus grand encore si l'accroissement du temps libre pour tous qu'il permet était utilisé intelligemment. Que cela ne soit pas le cas, que ce temps libre est occupé principalement "aux prétendus amusements qu'un industrialisme mal dirigé a mis à la portée de tous", voilà ce qui pose problème à Bergson.
Les étapes de l'argumentation:
Il y en a deux qui correspondent aux points sur lesquels a porté habituellement la critique du machinisme pour montrer, à chaque fois, qu'il se tromperait de cible.
- étape 1
Premier reproche fait communément au machinisme, c'est de "réduire l'ouvrier à l'état de machine". C'est ce qu'on a appelé la prolétarisation de l'ouvrier. Il faut bien voir que les machines ont transformé de fond en comble la nature du travail. Alors que l'ouvrier-artisan était maître de ses outils, le travail du prolétaire dans l'usine tend à devenir purement mécanique pour s'adapter au rythme des machines. Il perd de cette façon ses savoirs faire traditionnels. Mais cette perte pourrait être compensée par un gain plus grand si l'économie de temps réalisée était exploitée pour développer d'autres savoirs qu'il lui reviendrait librement de choisir:" il donnera à son intelligence le développement qu'il aura choisi", dit le texte. Précisément, on peut penser à ce type de savoir théorique qu'ont développé les sciences et la philosophie alors que, jusque là, elles n'étaient accessibles qu'à une classe de privilégiés qui faisaient travailler les autres à sa place.

Etape 2
Le deuxième reproche qui a été traditionnellement fait au machinisme correspond à ce que l'on a appelé la critique artiste. Comme son l'indique, elle est venue prioritairement des milieux d'artistes. C'est ce que le texte a en vue quand il évoque l'"uniformité de production qui choque le sens artistique." En réalité, cette critique a aussi été très largement partagée par les milieux de l'artisanat. Dans la production du Moyen-Age, le travail artisanal avait toujours aussi, en même temps, une visée artiste, ce qui se reconnaît au fait que le mot même "artisanat" renferme la racine "art". Ici aussi, à suivre l'auteur, cette critique manquerait l'essentiel en oubliant que la dégradation de la valeur artiste de la production, sous l'empire du machinisme et de la production en série qui l'accompagne, pourrait être compensée par un gain supérieur si le temps libre gagné permettait le développement de la créativité des ouvriers. Là encore le texte met en avant "la culture intellectuelle" et l'élément proprement artiste, "la vraie originalité" qui fait  la valeur des oeuvres d'art. Tout le problème, c'est que l'industrie du divertissement a complètement détourné ce temps libre pour son plus grand profit, en réussissant à capter l'attention des gens. Et encore, Bergson n'a pas connu (il est mort en 1941) la télévision et tous les autres dispositifs technologiques actuels qui ont considérablement accru l'ampleur du phénomène.