mardi 25 octobre 2011

Exercice de la dissertation: comment poser un problème pour introduire un sujet

Voici différentes façons de poser un problème que soulève l’analyse du sujet dans l’introduction


- Mise en cause de l'opinion commune
On part d'un mythe très répandu, qui imprègne la pensée commune, puis on émet une critique qui porte la contradiction, enfin on vient au sujet.
Par exemple, sur un sujet  comme: "être heureux est-ce satisfaire tous ses désirs?" on remarquera que l'on pense d'ordinaire que c'est la satisfaction de multiples désirs qui apportent le bonheur, si bien qu’à la limite, le bonheur et la consommation, sont une seule et même chose. Mais est-ce bien vrai ? N'est-ce pas plutôt quand on modère ses désirs et qu'on est capable de les hiérarchiser suivant un ordre d'importance  que l'on se donne une vie heureuse parce qu'équilibrée ?

- Relativisation culturelle d'une évidence
On prend une idée couramment admise dans notre société,  puis on montre que dans d'autres sociétés, il en va tout autrement ; aussi l'évidence prétendue de l'idée n'a-t-elle pas de fondement solide. Par exemple: l'occident  vit la mort sur le mode d’un refus désespéré et la compréhension de la mort comme une tragédie, une agression contre la vie qui a pour corollaire les fantasmes d'immortalité qui nous plongent dans la démesure et le refus insensé de notre condition de mortel. Mais, chez des peuples africains, par exemple, la mort n'est pas ressentie de manière aussi tragique, elle est fêtée dignement.

- Relativisation historique d'une évidence
Approche semblable à la précédente, mais au lieu de considérer la dimension de l'espace, on considère les coordonnées du temps. Ainsi, on part d'une conception que nous croyons admise dans notre société comme une sorte d’évidence valable pour tous les temps. Nous croyons que beaucoup de nos opinions vont de soi. Pourtant, dans un autre contexte historique, il en était tout à fait autrement. D'où la mise en cause de notre prétendue évidence. J'attire particulièrement l'attention sur le fait d'être extrêmement prudent lorsqu'il s'agit de commencer une introduction, comme on le trouve trop souvent dans les copies, par une formule du genre: "de tout temps, les hommes ont cru cela/ont fait cela/ont été comme ça."
Soit il s'agit d'une banalité sans grand intérêt( de tout temps les hommes ont éprouvé le besoin de faire pipi) ou le plus souvent, il s'agit d'une affirmation manifestement fausse.
 Exemple: aujourd'hui, nous n'accordons de valeur qu'aux activités marchandes productrices de biens et services et croyons au primat de l'économie sur toute autre considération. Pourtant, pendant très longtemps, elles ont fait l'objet d'un profond mépris qui fait que l'appât du gain était réservé aux couches les plus méprisées de la société.
- Formulation d'un paradoxe
Cette méthode consiste à partir d'une idée admise, puis à montrer quels en sont les conséquences prévisibles vers les faits. Ensuite, on mentionne un autre fait qui contredit complètement les conséquences normalement attendues, faisant naître le paradoxe. 
Exemple: nous pensons que plus une société est riche, économiquement parlant, meilleures sont les conditions de vie: le progrès technique nous a ainsi apporté toute une somme de facilités qui nous rendrait la vie plus commode que ce qu'elle était pour nos ancêtres.Pourtant, on constate que le taux de suicide dans les pays industrialisés est plus important qu'ailleurs!

-Formulation d'une aporie
Aporie= terme d'origine grecque= a (privatif)+ poros(le passage)= absence de passage. Une aporie est une impasse à laquelle nous conduit le traitement de la question. La façon la plus simple d'exposer une aporie consiste à montrer que chacune des réponses concevables pour répondre au sujet conduit à des conséquences indésirables
Exemple: le sujet, "peut-on dire qu'une société est supérieure à une autre"?
Si oui----conséquence indésirable= l'ethnocentrisme= je survalorise indûment ma propre société.
Si non--- conséquence indésirable=le relativisme= toutes les sociétés se valent ce qui veut dire qu'une société où le meurtre est légalisé en vaut bien une autre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire