dimanche 11 décembre 2011

Exercice sur le thème de la propagande: le cas du Telethon

Extrait d'un courrier reçu de la direction de l'établissement:

"Chers collègues,
Je vous informe que, comme chaque année, l'établissement participera au TELETHON par différentes actions, jusqu'au vendredi 02 décembre.
Rédactions de poésies et de dessins, (thème de la maladie, l'espoir, l'amour de l'autre, la solidarité...)
Du 28 novembre au 02 décembre 2011: boutique (sic) du TELETHON

Vendredi 02 décembre

[...] Je demande aux professeurs principaux d'informer leurs élèves [...] que les cours du vendredi 02 décembre (de 12h 00 à 16h00) seront supprimés, pour permettre une participation de tous les volontaires aussi massive que ces dernières années."

Exercice.
Tenant compte de l'analyse qu'en fait Jacques Testart ici,  peut -on considérer le "TELETHON" comme un bon exemple  pour illustrer les techniques modernes de propagande?

Proposition
Le Telethon est incontestablement une opération de propagande de grande envergure; la seule question qu'il resterait à traiter serait double: peut-il y avoir un sens à distinguer une bonne propagande (au service de finalités bonnes) et une mauvaise propagande (au service de finalités mauvaises). Et, si tant est que cette distinction ait un sens, peut-on ranger le Telethon dans la première catégorie?

Scolie
Propagande sociologique et propagande directe
Le Telethon présente des traits caractéristiques de ce qu’Ellul appelait la propagande directe.
Commençons par une distinction fondamentale. Quand il est question de propagande, il faut en distinguer deux sortes: pour reprendre la terminologie d’Ellul, la propagande sociologique ou "sub propagande" et la propagande directe, ce que j‘appellerai aussi la propagande-éclair.
La propagande sociologique est une propagande lente dont les effets se font ressentir sur la durée. La propagande directe vise un effet immédiat et ponctuel; le Telethon rentre dans cette dernière catégorie: il s’agit d’obtenir des propagandés le maximum de dons sur la durée d’un week end.
Il y a complémentarité entre des ces deux formes conformément à l’image éclairante qu’en donne Ellul:
« La propagande sociologique peut être comparée au labour, la propagande directe aux semailles: l’un ne va pas sans l’autre. Il faut user de l’un et de l’autre » (Propagandes, p.26-27, éditions Economica) «A ce moment, la propagande sociologique paraîtra comme le moyen qui a préparé le terrain nécessaire à la propagande directe […]. Et rien n’est plus facile que de greffer une propagande directe sur un milieu préparé par une propagande sociologique. » (ibid., p.80)
Le succès du Telethon en fournit une bonne illustration. Qu’est-ce qui dans ce cas joue le rôle de la  "propagande sociologique"? C’est-ce que Testart indique au début de son article. Le travail de labour qui a préparé les semailles d'une opération comme celle du Telethon: "argent = recherche = guérison, comme d’autres ont admis que croissance=progrès =bien-être ou encore clonage = immortalité." La propagande sociologique est pour une large part construction et diffusion de mythes et d'idéologies dans la société par tous les biais possibles (école, cinéma, livres, journaux, télévision etc.)
Le mythe est distingué  par Ellul de l'idéologie sur trois points:
-Le mythe pénètre beaucoup plus profondément dans l'âme humaine:"il s'enracine plus loin, il est plus permanent et il fournit à l'homme une image fondamentale de sa condition et du monde" (Propagandes, p.134)
-Le mythe s'adresse d'avantage à l'affectivité des individus que l'idéologie qui est plus intellectuelle:"Le mythe est plus diffus intellectuellement, la part d'émotivité, d'affectivité, de sacré, y est plus considérable." (ibid., p.134)
-"Enfin, le mythe est plus actif, il a un potentiel de déclenchement de l'action" plus grand que l'idéologie. Si toute propagande, comme l'analyse par ailleurs Ellul, vise, en dernière analyse, à déclencher un certain comportement chez ceux qui la subissent, elle sera d'autant plus efficace qu'elle parviendra à entrer en résonance avec les mythes et les idéologies les plus profondément enracinés d'une époque.
La Science toute puissante, le Progrès identifié purement et simplement au progrès technique constituent autant de mythes et d'idéologies qui constitueront le terrain idéal sur lequel pourront se faire les "semailles" du Telethon. On peut dire que toute notre époque est baignée par une propagande scientiste qui accorde à la science un crédit illimité (cf. cours ultérieur sur le scientisme)
A quoi se reconnait le caractère de propagande du Telethon 
 Comme Bernays l'avait déjà fort bien compris, l'être humain n'est pas un être rationnel à qui il suffirait de transmettre une information pour obtenir de lui le comportement voulu; il y a en lui toute la part de l'imaginaire, des pulsions inconscientes qui sont prépondérantes dans le déclenchement de ses comportements. Un conseiller en propagande relations publiques comme Pat Jackson notait ainsi que "[ce que Bernays] a retenu de Freud, c'était qu'il y a bien plus à l'oeuvre dans les décisions humaines, non seulement dans les individus, mais dans les groupes, que simplement une information guidant le comportement. [Bernays] se mit à formuler cette idée qu'il fallait toucher les émotions irrationnelles des individus. Et cela était une rupture historique avec ce que pensaient les dirigeants à savoir qu'il suffisait de donner une information factuelle et qu'ils diraient:"Mais bien sûr!" Ce n'était pas comme cela que ça marchait."
En ce sens le Telethon constitue une application pratique de ces  idées que Bernays mit au service de la publicité. Trois éléments du texte de Testart étaient ici à relever pour l'étayer:
L'appel à l'affectivité
Un des traits de la propagande est d'abord de s'adresser aux affects plutôt qu'à la raison et à l'intelligence. Ici en particulier en jouant sur les bons sentiments de la population qui l'amènera, au bout du compte, à culpabiliser de ne pas faire de dons; qui serait assez méchant pour s'opposer à des élans du coeur faisant appel à "l'espoir, l'amour de l'autre, la solidarité" ?
L'espoir par exemple, qui , comme nous l'enseigne Spinoza, est un affect joyeux marqué par la promesse d'un bien futur: la manipulation de l'affect se fera sur la base de slogans simples à retenir, qui frappent l'imagination et répètent chaque année que la fabrication du médicament est toute proche; on annonçait déjà "un pas de géant" en 2000, en 2006 que "C'était notre espoir maintenant c'est une certitude". Cinq ans plus tard une conseillère en relations publiques de l'AFM peut continuer à réactualiser le slogan:" Il faut vraiment que tout le monde se mobilise, parce qu'on ne peut pas arrêter tout ce qui a été entrepris depuis 25 ans et là on est vraiment aux portes du médicament" De tels slogans répétant depuis des années que le remède est sur le point d'être fabriqué peuvent à chaque fois de nouveau  fonctionner grâce à un trait de caractère du propagandé qu'Ellul avait déjà relevé et qui réside dans son absence de mémoire; il y a là quelque chose qui est naturellement lié à un système de M.M.C dans lequel le flux d'informations ne s'arrête jamais une seule seconde (cf. les chaînes d'info en continu) et où l'info du moment doit continuellement laisser la place à une autre qui la relègue aussitôt dans les oubliettes.
Le caractère irrationnel.
 Il s'agira d'associer le Telethon avec des activités d'ordre festives et ludiques qui même si elles n'ont rigoureusement aucun rapport avec la la lutte contre la maladie pourront déclencher l'adhésion du public en leur donnant le sentiment qu'il contribue à cette lutte. Comme le dit Testart," la magie est renforcée par le sacrifice : il faut courir ou grimper ou nager « contre la maladie ». On dira que c’est plus rationnel que des chrétiens qui se flagellent ou se crucifient ou que des islamistes qui se font exploser, sans même prétendre contribuer au progrès médical. Est-ce certain ?"
On gagne ainsi "le coeur et l'affection de la nation" (cf. Goebbels) en court circuitant tout approche rationnelle de la question de la recherche scientifique. Il faut toutefois prendre garde ne pas exagérer l'irrationalité de la propagande; sous une autre forme, elle peut aussi s'adresser à la raison à l'aide de sophismes c'est-à-dire de raisonnements qui donnent l'apparence de la vérité mais qui cachent, en réalité, un défaut qui les invalide; c'est ce sur quoi nous met aussi en garde Russell: "je suis enclin à penser qu'on exagère l'importance du fait que la propagande s'adresse plutôt à l'émotion qu'à la raison." (cf. Oeuvre choisie, Pensée libre et propagande officielle, dans Essais sceptiques, p.160, Editions Les belles lettres)
La perspective unilatérale sur le mouton (1)
Il y a par ailleurs propagande dès lors que tout est mis en oeuvre pour que le grand public n'ait qu'une perspective pour se faire une idée du mouton auquel il s'agit ici de faire des dons. Le monopole que cela suppose pour l'accès aux M.M.C. (mass medias of communication) bat cette année des records: pour la première fois, cette année,  toutes les chaînes du service public se sont réunies pour ouvrir grandes leurs portes aux propagandistes. C'est ce que Russell appelait la "dénaturation des témoignages" et qui constituait selon lui une des principaux obstacles à l'existence d'une pensée libre:"Il est évident aussi que la pensée n'est pas libre si tous les arguments d'un parti en controverse sont toujours présentés d'une manière aussi attrayante que possible tandis que les arguments de l'autre parti ne peuvent être découverts que par une recherche approfondie." (cf. oeuvre choisie, Pensée libre et propagande officielle, p.171 ) Voyons donc l'autre face du mouton, celle qui n'apparaîtra qu'à partir de sources d'informations dissidentes qui n'ont pas ou très peu accès au M.M.C comme celle de J. Testart.
L'occultation des enjeux politiques et financiers
A un premier niveau, la collecte de dons via le Telethon représente un gaspillage considérable: il faut ici mettre en rapport les 20% des dons qui partent dans les frais de fonctionnement de l'association au 1% que cela représenterait si cette collecte était recueillie par l'impôt; mais il y a plus: à un deuxième niveau, une telle opération représente un manque à gagner considérable pour l'Etat puisque  les dons faits peuvent être déduits du revenu imposable. Une telle opération, en ce sens, s'inscrit pleinement dans le projet d'inspiration néo libérale qui a abouti par toutes sortes de mesures de défiscalisation à faire de l'Etat le débiteur des grandes institutions du capitalisme et par des mesures "d'ajustement structurel" pour rembourser ses dettes à liquider les services publics censés bénéficier à tous (ici le service de santé publique et de la recherche scientifique)
L'occultation des enjeux éthiques
Ceux-ci se cachent derrière la présentation médiatique des "bébéthons".
Si les résultats dans le domaine de la guérison des maladies sont extrêmement modestes tenant compte des sommes considérables engagées depuis 25 ans, on a, en revanche, réussi à mettre au point, à l'insu des donateurs, la technique du DPI qui pose un problème redoutable ayant trait à l'eugénisme (ensemble des théories et méthodes visant à améliorer la race humaine). Le DPI (diagnostic préimplantatoire) permet de sélectionner sur une série d'embryons celui  présentant le moins de risque de développer une maladie génétique, les autres étant détruits; il est évident qu'une personne faisant des dons pour aider à la recherche de soins est manipulée dès lors qu'une partie de son don va, à son insu, à la mise au point d'une technique de sélection des embryons. Certes, l’article L. 2131-4 du code de la santé publique stipule que le DPI ne peut être utilisé que pour des maladies "d'une particulière gravité, reconnues comme incurables au moment du diagnostic". Mais ce garde fou juridique paraît bien dérisoire devant les perspectives qu'ouvre la manipulation du génôme humain comme le laisse entendre le promoteur du Généthon, Alain Cohen : “Je crois en la possibilité d’une nouvelle évolution biologique humaine consciente et provoquée”. Ce qui pose l'immense problème de l'eugénisme: qu'est-ce qu'une évolution que nous prétendons contrôler? S'il est vrai que l'essence de la vie se manifeste dans sa propension à évoluer de façon imprévisible que peut signifier alors la volonté de se rendre maître de son évolution? Et sur la base de quels critères déterminerons-nous ce qui va dans le sens de l'amélioration de "la race humaine"? Nous sommes ici confrontés à des questions tout à la fois  métaphysiques, éthiques et politiques fondamentales  qui engagent une conception de ce qu'est la vie, l'évolution, l'être humain, dont la portée est bien trop considérable pour qu'elles soient l'objet de manipulation du grand public.
La distorsion du champ de la recherche sous l'effet des fonds alimentant le Telethon
Ce qui échappe totalement à l'attention du grand public qui n'a pour toute perspective que la vision du mouton des M.M.C c'est, comme le relevait aussi bien bien Cécile Prieur: « pendant vingt ans, le Téléthon a eu un effet de rouleau compresseur parmi les équipes de recherche. Il fallait faire de la thérapie génique si on voulait être recruté et financé » (Cécile Prieur, « Téléthon : où vont les dons ? », Le Monde, 9 décembre 2006).C'est aussi ce que relève Testart. Tous les fonds drainés par une opération comme le Telethon sont tellement énormes (cf. Testart, p.3: "le budget de fonctionnement (celui qui sert aux recherches elles-mêmes) de l'ensemble des laboratoires de recherche médicale en France est à peine supérieur au butin d'un seul Telethon") qu'ils déterminent l'orientation  du champ de la recherche en biologie ce qui ne va pas pas sans poser un problème majeur au niveau du fonctionnement de la recherche scientifique. Par exemple, le champ des maladies infectieuses, qui font pourtant incommensurablement plus de victimes, est laissé en friche. Si on veut être financé il faut faire de la génétique en entretenant, au passage une confusion dans l'esprit du grand public entre technique et science c'est-à-dire  sur le fait que le but premier de la recherche scientifique est la compréhension de son objet, ici le vivant, et non pas la fabrication de médicaments. Vouloir faire du scientifique un ingénieur qui travaille sur commande c'est pervertir totalement le sens de la science; comme le dit Testart:"Le scientifique n'est plus celui qui fait avancer la connaissance mais celui qui sait "chercher l'argent.""(p.3)
. Démocratie et recherche scientifique
Une collecte pour la recherche peut être autre chose qu'une opération de propagande à partir du moment où existe un espace public des raisons qui permette aux différentes perspectives de confronter leurs arguments, confrontation à partir de laquelle il sera possible de fonder un choix au moins relativement éclairé sur ce que nous faisons en donnant ou pas de l'argent: c'est ce qui, bien entendu n'existe pas dans une société où l'espace public se confond avec celui de M.M.C régulés par un un ensemble de filtres constituant un mécanisme impersonnel et quasi objectif de censure (cf. Chomsky et Herman, La fabrication du consentement)

(1)  Quatre voyageurs débarquent en Australie et prennent le train; ils voient par la fenêtre un mouton noir.
Le premier en conclut que les moutons sont noirs en Australie.
Le second en conclut qu'il existe des moutons noirs en Australie.
Le troisième qu'il existe en Australie au moins un mouton noir.
Le quatrième, qui symbolise le véritable esprit libre, qu'il existe en Australie au moins un mouton dont l'un des côtés est noir.
Le mouton ici, bien évidemment, symbolise les affaires du monde qui font la une des médias.

3 commentaires:

  1. ouaiiis !!!! de tout coeur avec vous!!!!!!
    Le téléthon c'est de la propagaaaaande pure et simple! boouh l'éducation nationale! hourra les profs de l'instruction publique! Je vous soutiens dans votre combat!!!

    RépondreSupprimer
  2. Merci! Cela fait chaud au coeur d'être soutenu car ce n'est pas une mince affaire de vouloir mener une instruction publique dédiée à la seule autorité de la vérité, fût-ce maladroitement, dans le cadre institutionnel d'une éducation nationale, croyez moi!

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait. Les profs s'investissant pour l'instruction publique se font rares, et ça fait plaisir de voir que certains se battent encore pour ça. Continuez même si certains n'en voient pas l'utilité, vous finirez par acquérir la reconnaissance que vous meritez.
    Et n'oubliez pas que comme disait Seneque le langage de la vérité est simple.

    RépondreSupprimer