mercredi 20 octobre 2010

Notes à partir d'une conférence de B. Friot sur l'enjeu des retraites partie 3

Pour visonner les extraits:

http://www.dailymotion.com/video/xdrf9t_intervention-bernard-friot-5eme-par_news

http://www.dailymotion.com/video/xdsmnz_intervention-bernard-friot-6-eme-pa_news


2)Etre capable d’imaginer une alternative progressiste au projet gouvernemental
Comme le dit bien Friot, si nous ne sommes pas capables d’imaginer une alternative progressiste au projet gouvernemental, c’est-à-dire, imaginer une alternative qui reprenne le fil du progrès social qui s’est enrayé depuis la fin des années 1970, l’opposition à la réforme risque de nous entraîner vers quelque chose de pire encore car il ne restera  aux gens qu‘à ruminer leur amertume.
Un des arguments souvent relayé par la propagande des réformateurs consiste à faire croire que les opposants à la réforme n’ont rien de concret à proposer à la place ce qui est totalement faux pour peu qu’on prenne le temps de s’informer en dehors du cadre des médias de masse qui n‘offrent pas l‘espace d‘expression nécessaire pour faire entendre ces alternatives.


vendredi 15 octobre 2010

Notes à partir d'une conférence de B. Friot sur l'enjeu des retraites 2ème partie

Pour visionner l'extrait de la conférence

http://www.dailymotion.com/video/xdrelu_retraites-bernard-friot-4eme-partie_news

1) critique de la réforme gouvernementale (suite): P.I.B, travail, et activité: comment faut-il accroitre le P.I.B (produit intérieur brut=somme  des biens et services qu’une société produit et à laquelle elle attribue une valeur)?
Quand on parle en ces termes, comme le fait la propagande gouvernementale:
« En 1960 il y avait quatre actifs pour un retraité

En 2010 il y a 2 actifs pour un retraité

En 2050 il y aura un actif pour un retraité

Donc il y a un problème »
On raconte des balivernes et voici pourquoi.
Ce que les réformateurs passent sciemment sous silence, c’est le fait que le c.o.r (le conseil d’orientation des retraites) lui-même prévoit pour l’horizon 2050 un doublement du P.I.B; cela signifie très concrètement que le gâteau à partager entre tous sera deux fois plus gros qu’il ne l’est maintenant ce qui atténue considérablement la portée de l’argument démographique des réformateurs; dire qu’ en 2050, il n’y aura plus qu’un retraité pour un actif et que donc les actifs devront faire deux fois plus d’effort pour alimenter les caisses de retraites est aussi stupide que de dire: en 1900 la population comptait 30% d’agriculteurs; il n’y en a plus aujourd’hui que 3%, donc il n’y a plus assez d’agriculteurs pour nourrir la population donc nous allons, dans l’année qui vient mourir de faim si les agriculteurs ne travaillent pas dix fois plus! Le raisonnement est faussé car il n’intègre pas le fait qu’aujourd’hui, grâce aux gains de productivité (= pour le même temps de travail on produit plus), 3% d’agriculteurs produisent plus que 30% d’agriculteurs en 1900. (1)

jeudi 14 octobre 2010

Notes à partir d'une conférence de B. Friot sur l'enjeu des retraites partie1

Pour visionner la conférence.

1ère partie

http://www.dailymotion.com/video/xdqz53_retraites-bernard-friot-1ere-partie_news

2ème partie

http://www.dailymotion.com/video/xdr8dg_retraites-bernard-friot-2eme-partie_news

3ème partie
http://www.dailymotion.com/video/xdrebi_retraites-bernard-friot-3eme-partie_news


Cette conférence de Friot peut s’articuler en deux moments: d’abord la critique de la réforme gouvernementale en dénonçant les mensonges sur lesquels elle s appuie et son but inavoué et inavouable.
Dans un deuxième temps, quelle alternative concrète et progressiste peut-on proposer au projet gouvernemental. L’alternative que dégage Friot se veut révolutionnaire ( dépasser l'organisation capitaliste du travail et des échanges) et non plus réformiste (aménager le système existant).
La société est-elle prête à s’engager dans un projet révolutionnaire? La question est indécidable;ou plutôt, il reviendra à la population d'en décider.
Notez cependant que Friot distingue bien entre sa perspective révolutionnaire et ce que serait une perspective utopiste.
Projet utopique= projet qui voudrait faire table rase du passé et construire quelque chose d’entièrement nouveau= chimère qui conduit aisément au délire totalitaire (cf. le nazisme, le bolchévisme)
Projet révolutionnaire= projet qui prend appui sur des institutions existantes de la société qui ont déjà un caractère révolutionnaire pour s’en servir de tremplin pour transformer la société. Friot vise ici, en particulier, la cotisation sociale qui permet déjà aujourd’hui de ne plus lier une partie du salaire à l’exercice d’un emploi.